La Caisse garde secrètes les conclusions d'un rapport interne

Le 9 juin 2010 dernier, l'AQRP a reçu une fin de non-recevoir de la part du ministre des Finances suite au dépôt d'une pétition de plus de 15 000 noms à l'Assemblée nationale pour demander la tenue d'une commission d'enquête sur les pertes à la Caisse de dépôt et placement du Québec en 2008. « Comment peut-on croire le ministre des Finances, Raymond Bachand, lorsqu'il nous écrit que « toute la lumière a été faite sur les résultats 2008 de la Caisse » alors qu'un rapport interne gardé secret au public vient prouver exactement le contraire.  Nous croyons que seule une véritable commission d’enquête permettra de lever le voile sur les tenants et aboutissants des pertes de près de 40 milliards. En effet, même la commission parlementaire spéciale de 28 heures, en mai 2009, n’a pas permis d’obtenir les conclusions de ce rapport » estime le vice-président de l'AQRP. 

Le rapport a été remis aux membres de la commission des finances publiques de l'Assemblée nationale suite à la demande d'un parlementaire. Selon le rapport, la Caisse a été « en retard » dans plusieurs domaines par rapport aux autres institutions financières. Le rapport parle également de lacunes dans les procédures internes. « Le ministre des Finances, le président de la Caisse de dépôt et placement du Québec et maintenant le rapport PricewaterhouseCoopers confirment tous des lacunes dans la gestion du risque pendant les années Rousseau et Guay. Le gouvernement a le devoir de tenir une commission d'enquête pour rassurer les retraités et la population déjà durement ébranlés » a conclu le vice-président. 

Rappelons que l'AQRP a dévoilé un sondage mené par la firme L'Observateur le 10 juin dernier sur la perte de confiance de la population envers la Caisse. Le sondage révélait entre autres que : 

  • 7 Québécois sur 10 estiment que toute la lumière n’a pas été faite sur les pertes de la Caisse ; cette proportion était de 8 Québécois sur 10 l’an dernier ;
  • Seulement 32 % des Québécois font confiance à la Caisse ; cette proportion est de 36 % chez les retraités de l’État ;
  • 53 % des Québécois seraient prêts à confier leurs épargnes à un autre gestionnaire que la Caisse ; cette proportion est de 44 % chez les retraités de l’État. 

À noter que les résultats de la Caisse pour 2009 n'ont permis de recouvrer que 11,8 des 39,8 milliards de dollars de pertes de l'année 2008, ce qui signifie une baisse de la valeur de l'actif de l'ordre de 28 milliards de dollars sur deux ans. 

Environ 55 % de l'actif net de 131 milliards de dollars géré par la Caisse concerne les régimes de retraite des secteurs public et parapublic.