Lacunes importantes dans les CHSLD: le ministre Hébert ne peut plus s'en laver les mains

L’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) déplore une fois de plus les nombreuses lacunes recensées dans les plus récents rapports d’appréciation des centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). L’AQRP dévoile du même coup une liste de 32 CHSLD qui ont été visités depuis le début de l’année 2013 et pour lesquels des lacunes importantes ont été repérées. Ces lacunes comprennent des éléments tels des lieux mal entretenus, des directives manquantes, une rotation élevée du personnel, la présence non sécuritaire de produits dangereux et un processus de plainte déficient.

« Près d’un an après l’arrivée du nouveau gouvernement, force est de constater que la situation dans les CHSLD demeure préoccupante. Aujourd’hui, le ministre Hébert ne peut plus se dissocier de ces ratés. Il doit agir en dévoilant publiquement les plans d’amélioration prévus pour chaque CHSLD du Québec afin que les familles des résidents et la population puissent avoir un portrait clair des milieux de vie où leurs proches sont hébergés », a déclaré Mme Lyne Parent, présidente de l’AQRP.

Voici, par région sociosanitaire, la liste des CHSLD qui ont été visités depuis le début de l’année 2013 et pour lesquels des lacunes importantes ont été repérées :

 

Bas-Saint-Laurent :

 

  • Centre d’hébergement de Rimouski, Rimouski (directives manquantes, rotation élevée du personnel, présence systématique de piqués dans certaines unités, mauvaise attitude de certains membres du personnel, déroulement des repas à améliorer, lieux mal entretenus et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • CSSS de la Mitis, Mont-Joli (présence de produits dangereux, processus de plainte déficient, mauvaise attitude de certains membres du personnel, déroulement des repas à améliorer et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

Saguenay-Lac-Saint-Jean :

 

  • Centre d’hébergement de Saint-François, Chicoutimi (directives manquantes, processus de plainte déficient, déroulement des repas à améliorer, présence de produits dangereux et manque d’équipement)

 

Capitale-Nationale :

 

  • Centre d’hébergement et de soins de longue durée Côté-Jardin, Québec (directives manquantes, rotation élevée du personnel, déroulement des repas à améliorer, présence de produits dangereux, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Centre d’hébergement Notre-Dame-de-Lourdes, Québec (lieux mal entretenus, rotation élevée du personnel, mauvaise attitude de certains membres du personnel, déroulement des repas à améliorer, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Résidence Paul Triquet, Québec (directives manquantes, processus de plainte déficient, rotation élevée du personnel, procédure d’accueil incomplète, présence de produits dangereux et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

Mauricie-et-Centre-du-Québec :

 

  • Centre d’hébergement Vigi Les Chutes, Shawinigan (contention trop fréquente, procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

Estrie :

 

  • Hôpital, CLSC et Centre d’hébergement d’Asbestos, Asbestos (directives manquantes, processus de plainte déficient, procédure d’accueil incomplète et mauvaise attitude de certains membres du personnel)

 

Montréal :

 

  • Centre d’hébergement Champlain-de-Gouin, Montréal (directives manquantes, processus de plainte déficient, procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer et manque d’équipement)

 

  • Centre d’hébergement de la Maison Saint-Joseph, Montréal (processus de plainte déficient, déroulement des repas à améliorer, trop peu d’activités, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Centre d’hébergement Saint-Vincent-Marie, Saint-Laurent (procédure d’accueil incomplète, processus de plainte déficient, rotation élevée du personnel, contention trop fréquente, déroulement des repas à améliorer et manque d’équipement)

 

  • Institut Canadien-Polonais du Bien-Être, Montréal (directives manquantes, processus de plainte déficient, rotation élevée du personnel, contention trop fréquente, présence de produits dangereux, manque d’équipement, « les résidents sont laissés avec leur vêtement de la nuit en journée sans que leur condition le justifie », déroulement des repas à améliorer et trop peu d’activités)

 

  • Centre d’hébergement Denis-Benjamin-Viger, L’Île-Bizard (directives manquantes, rotation élevée du personnel, contention trop fréquente, mauvaise attitude de certains membres du personnel, déroulement des repas à améliorer, présence de produits dangereux et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

Outaouais :

 

  • Centre d’hébergement Foyer du Bonheur, Gatineau (directives manquantes, processus de plainte déficient, rotation élevée du personnel, procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer, lieux mal entretenus, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

Abitibi-Témiscamingue :

 

  • Centre d’hébergement de Rouyn-Noranda, Rouyn-Noranda (contention trop fréquente, procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer, présence de produits dangereux, trop peu d’activités, aucun programme d’accompagnement en fin de vie et présence systématique de piqués)

 

Côte-Nord :

 

  • Foyer du Havre Saint-Pierre, Havre Saint-Pierre (les soins infirmiers ne sont pas disponibles en tout temps, rotation élevée du personnel, « les préposés(es) aux bénéficiaires n’ont pas de plan de travail », procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Hôpital, CLSC et Centre d’hébergement de Sept-Îles, Sept-Îles (processus de plainte déficient, directives manquantes, contention trop fréquente, procédure d’accueil incomplète, mauvaise attitude de certains membres du personnel, lieux mal entretenus, présence de produits dangereux, déroulement des repas à améliorer et présence systématique de piqués)

 

Chaudière-Appalaches :

 

  • Centre d’hébergement de Saint-Georges (Est), Saint-Georges (contention trop fréquente, procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer, trop peu d’activités, présence de produits dangereux, lieux mal entretenus, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Vigi Notre-Dame-de-Lourdes, Saint-Michel de Bellechasse (contention trop fréquente, processus de plainte déficient, déroulement des repas à améliorer, manque d’équipement, quiétude des lieux insuffisante et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Centre d’hébergement de Saint-Prosper, Saint-Prosper (directives manquantes, procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

Laval :

 

  • Centre d’hébergement et de soins de longue durée Saint-Jude, Laval (contention trop fréquente, processus de plainte déficient, aucun comité des usagers, procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer, mauvaise attitude de certains membres du personnel, lieux mal entretenus, présence de produits dangereux, quiétude des lieux insuffisante et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Santé Courville de Laval, Laval (procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer et manque d’équipement)

 

  • Centre d’hébergement Champlain-de-Saint-François, Laval (contention trop fréquente, mauvaise attitude de certains membres du personnel, déroulement des repas à améliorer, présence de produits dangereux et manque d’équipement)

 

  • La Résidence du Bonheur, Laval (processus de plainte déficient, les soins infirmiers ne sont pas disponibles en tout temps, rotation élevée du personnel, contention trop fréquente, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

Lanaudière :

 

  • CHSLD Heather I, Rawdon (processus de plainte déficient, contention trop fréquente, manque d’équipement, quiétude des lieux insuffisante et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • CHSLD Heather II, Rawdon (processus de plainte déficient,  les soins infirmiers ne sont pas disponibles en tout temps, procédure d’accueil incomplète, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

Laurentides :

 

  • Centre d’hébergement de Saint-Eustache, Saint-Eustache (processus de plainte déficient, rotation élevée du personnel, « l’équipe soignante ne tient pas de rencontre », directives manquantes, contention trop fréquente, procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer, présence de produits dangereux, manque d’équipement, « la direction a mentionné que l’accompagnement et l’assistance en fin de vie sont adéquats [mais] l’évaluateur ministériel a constaté qu’il n’existe pas de programme d’accompagnement en fin de vie »)

 

Montérégie :

 

  • Centre d’accueil Marcelle Ferron, Brossard (processus de plainte déficient, procédure d’accueil incomplète, contention trop fréquente, directives manquantes, déroulement des repas à améliorer, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Centre d’hébergement d’Ormstown, Ormstown (processus de plainte déficient, directives manquantes, contention trop fréquente, procédure d’accueil incomplète, lieux mal entretenus, manque d’équipement et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Centre d’hébergement du Comté-de-Huntingdon, Huntingdon (processus de plainte déficient, directives manquantes, contention trop fréquente, procédure d’accueil incomplète, déroulement des repas à améliorer, présence de produits dangereux, lieux mal entretenus et aucun programme d’accompagnement en fin de vie)

 

  • Résidence Sorel-Tracy, Sorel-Tracy (rotation élevée du personnel, directives manquantes, procédure d’accueil incomplète, mauvaise attitude de certains membres du personnel, déroulement des repas à améliorer et manque d’équipement)

 

  • Santé Courville de Waterloo, Waterloo (rotation élevée du personnel, directives manquantes, procédure d’accueil incomplète et manque d’équipement)

 

Notons que cette liste inclut le Centre d’hébergement Saint-Eustache, pour lequel la visite d’appréciation avait été obtenue à la suite des démarches de l’AQRP.

Malgré quelques lacunes, l’AQRP note par ailleurs la relative bonne performance du Centre d’hébergement St-Jean-Eudes, à Québec, du Centre d’hébergement de Saint-Georges (Ouest), à Saint-Georges, et du CHSLD Vigi Shermont, à Sherbrooke.

Les personnes hébergées en CHSLD et leurs proches peuvent obtenir les dernières informations disponibles à propos de leur établissement  en contactant le service d’aide téléphonique de l’AQRP au 1 866 497-1548.

Le Québec compte plus de 1,3 million de personnes âgées. Environ 30 000 personnes résident en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Les visites d’appréciation de la qualité des CHSLD ont pour objectif de faire en sorte que  toute personne qui y vit puisse bénéficier de services adéquats et d’un environnement physique de qualité.

L’AQRP est la principale association indépendante de retraités de l’État au Québec.